La mine de talc de Montferrier ou mine de Fangas

La mine de Fangas est un site d'extraction du talc à ciel ouvert situé sur la commune de Montferrier à 1650 m d'altitude.

Le talc est un minéral qui combine silice et magnésium. C'est donc un silicate de magnésium pouvant contenir d'autres minéraux tels que le fer, le calcium, le sodium... Il est utilisé pour ses propriétés absorbantes et pour sa texture veloutée une fois réduit en poudre. Il est utilisé dans l'industrie pharmaceutique, en cosmétique, dans la fabrication industrielle de certains produits (papier, peinture, caoutchouc, chauffe-eau, céramique...) et en chirurgie.

L'exploitation du talc a débuté en 1896 sur ce site, à ciel ouvert. Cette exploitation, essentiellement estivale, a été réalisée sur deux tranchées de part et d'autre du col de Porteille, l'une au Nord, versant Montferrier, et l'autre au Sud, versant de La Réboule (Montségur).

Situation mine de talc

 

Le minerai était acheminé par téléphérique et traité par broyage à Montferrier.

 

                                    talc Monferrier      Images "internet"        usine talc Montferrier

 

Sur le site d'extraction, toute une infrastructure industrielle est encore visible: bâtiments d'exploitation, restes de machine à vapeur, chariots de transport du minerai...

 

                    chariots                         Img 20180624 103851 copier                       Dsc5636 copier

 

A la suite d'accidents (rupture du téléphérique, éboulements réccurents...), la Société Minière de Montferrier décide de mettre fin à l'exploitation. C'est en 1968 que les droits  sont cédés à la société "Talc de Luzenac". 100 000 tonnes de minerai ont été extraites de la montagne qui continue d'évoluer.

 

Img 20180624 103950 copier

 

En 2002, un éboulement a englouti une partie des ruines de l'exploitation et a atteint le GR passant à proximité. La société "Talc de Luzenac" a sécurisé le site (clôture, digue à rochers...), a modifié le tracé du GR et a mis en oeuvre une surveillance des falaises pour en évaluer la stabilité.

Jean-Pierre

Ajouter un commentaire