Les randos

Calamès Montorgueil

Départ comme d'habitude à 8h du Vernet. Neuf courageux se sont levés pour profiter du soleil hivernal. Les premiers pas foulent le sol goudronné à proximité de l'aire de pique-nique de Saurat. Le soleil illumine le fond de vallée et l'air est vivifiant.

Après quelques hectomètres sur le goudron, le temps est venu de salir ses chaussures en empruntant un petit chemin  caillouteux très humide. Celui-ci s'élève rapidement au dessus d'une ferme pour laisser place, au travers de la végétation, à la vue plein Ouest sur Saurat et la vallée du col de Port.

Img 20181227 143338 640x480 Img 20181227 150508 640x480  Img 20190106 091158 copier

 

On arrive rapidement au col d'Ijou à 800 m d'altitude. L'accès au sommet du Calamès débute ici, par un sentier raide sur la gauche. Un peu boueux au début, le long d'une clôture, il emprunte ensuite un éboulis calcaire raide qui permet ensuite d'accéder à de grandes dalles caillouteuses, torturées par la corrosion. Ce sentier serpente ensuite le long de l'arête Ouest au travers d'une végétation rabougrie. Le sommet qui culmine à 1002 m offre une vue imprenable  à 360°. Au Sud, d'Est en Ouest, le massif de Tabe, le Sédour, Tarascon et la vallée de l'Ariège, Le Cap de la Lesse, la Roche Ronde, le Pic de Bassibié, le Pic d'Estibats et le col de Port.

Les restes d'un donjon du XIII ième, 2 pans de mur, trônent fièrement en son sommet. Appartenant jadis au comté de Foix, il servit de poste d'observation dans les querelles opposants le royaume de France au royaume d'Aragon.

 

Pano 20181227 152303 640x480

 

En attendant, sous ces murs chargés d'histoire, petite collation et seating pour admirer le paysage, puis nous attaquons ce qui angoissait certains, j'ai nommé "la descente de la mort qui tue"... Finalement avec moult précautions et quelques glissades maitrisées dans un style espiègle et élégant, l'intégralité du groupe rejoint sans encombre le col d'Ijou.

  Img 20190106 102617 copier  Img 20190106 103517 copier  Img 20190106 110628 copier

 

Nous redescendons vers Bédeilhac en longeant la face Sud de Calamès. En plein soleil, les falaises offrent un terrain de jeu sans égal aux grimpeurs qui s'en donnent à coeur joie. Préférant l'ombre fraiche au soleil hivernal, nous baguenaudons le long des porches d'entrée de grottes allant même jusqu'à y pénétrer plus profondément sans casque ni  frontale...

 

                                  Img 20190106 113824 copier 1        Img 20190106 114222 copier  

 

Nous traversons Bédheillac et nous engageons sur un chemin à l'ombre descendant vers le Saurat. L'herbe est givrée et le froid mordant. Nous ne trainons pas et remontons rapidement sur l'autre versant encore au soleil. Le contraste de température est surprenant. Nous traversons Aynat et nous engageons sur un sentier raide. Nous nous arrêtons à proximité d'une grange pour nous sustenter. Puis, nous reprenons le sentier en direction de la tour de Montorgueil.

 

  Img 20190106 123337 copier   Img 20190106 131749 copier    Img 20190106 131823 copier

 

Là encore, une belle ruine, deux pans de mur, datant également du XIII ième siècle et aussi érigée par les Comtes de Foix à des fins purement militaires et stratégiques. Le château du Calamès vient remplacer Montorgueil car plus à même d'accueillir une garnison.

Nous redescendons vers Sauraten alternant goudron et chemin herbeux. Nous passons à proximité de la grotte de Sièch dans laquelle nous faisons une brève incursion. entrée, méandre jusqu'à la rivière, brèves explications sur ce qu"est un réseau actif, un réseau fossile, petite escalade et sortie par un endroit différent.

C'est ainsi que s'achève cette belle balade, avec la banane et sous le soleil.

Img 20190106 140648 copier 1

 

Jean-Pierre              

Le rocher de Batail

Samedi 10 novembre, 8h00. Babeth, Carole, Corinne, Joël, Marie Do, Maryse, Odette et Jean-Pierre se retrouvent au lieu de RDV habituel, pour une randonnée qui les mènera jusqu'au rocher de Batail, point culminant du massif de l'Arize.

Le départ à pied se fait un peu au dessus du Prat d'Albis vers le Pla de Peyres à 1389 m d'altitude. Le soleil est de la partie et la fraicheur matinale est bien vite dissipée après quelques hectomètres. Il est 9h05.

 

Img 20181110 090806 copier

 

La première montée se fait hors piste sous le Bout de Touron qui culmine 1488 m. Une fois au Pla d'Estal, la vue est magnifique que ce soit en direction du Nord ou en direction du Sud. La cluse de Foix est en contrebas avec le château et plus loin, s'étale la plaine ariégeoise jusqu'à Pamiers. On apercevra même les éoliennes du Lauragais.

Une lecture plus détaillée du paysage permet de distinguer les plissement du piedmont pyrénéen orientés d'Est en Ouest tels des vagues figées.

 

Pano 20181110 102250 copier

 

Nous atteignons à presque 1500 m d'altitude le sommet de Bazillac. Voilà qui lancera une discussion animée sur les vins liquoreux...

Au Sud la chaine pyrénéenne aux cimes enneigées s'offre à nous. Vers le Sud Est, Tarascon et ses massifs calcaires torturés, le Cap de la Lesse, le Seidour, le Calamès, les falaises de Sinsat... A l'Ouest, le Vallier, les Trois Seigneurs et enfin, le Pic d'Estibat, lieu de notre randonnée précédente.

 

Img 20181110 124123 copier

 

Après un faux plat montant ;-) nous atteignons un petit col entre le Picou et le Roc Mouché que nous identifions comme le Rocher de Batail. Arrivés à son sommet, croyant être à notre objectif, nous nous installons pour grignoter. Il est 11h15. Odette qui connait bien l'endroit nous indique que nous n'y sommes pas encore.

 

Img 20181110 112901 copier

 

Le Rocher de Batail se trouve effectivement un peu plus à l'Ouest sur la ligne de crête. Nous y sommes en 10 mn. Il est 11h45.

 

                                                            Img 20181110 114825 copierImg 20181110 114438 copier

 

" C'est très très beau! Aller, on s'casse!" Nous entamons la descente dans la foulée. Nous sommes aux voitures à 13h15, en forme, chauds, pas fatigués!

 

Carte et stats

Jean-Pierre     

Cabane d'Estibat

En ce matin du 13/10 de l'an de grâce 2018, nous nous vîmes 14 sur le parking de la salle des fêtes, mais par un prompt renfort, nous fûmes 17 à vouloir parcourir les pentes qui mènent à la Cabane d'Estibat.

C'est à proximité de la route qui mène au col de Port, au départ d'une route forestière à 1120 m d'altitude, que nous laissons les véhicules.

 

Img 20181013 090735 copier 1

 

Le début se fait sur le goudron, tantôt à l'ombre, tantôt sous le soleil d'automne; ça papote dans la troupe ce qui rend cette progression monotone plus attrayante. Au bout d'1.7 km, nous obliquons à droite sous la conduite de Joël. Le chemin alors emprunté ressemble à un ancien tracé d'exploitation forestière. La pente s'accentue pour ne rester  qu'un faux plat montant ;-) !

Nous sommes au frais dans le sous bois, bien à l'abri du soleil qui se croit encore en été! Nous croisons quelques "chasseurs" de champignons, paniers en bandoulière, la bave aux lèvres, le regard aux aguets et prêts à bondir sur le premier ecto-mycorhiziens qui laissera entrevoir son chapeau ou son pied ventru au travers des feuilles qui jonchent le sol. Mais au vu des besaces, ils sont comme nous, ils auront surtout pris l'air!

 

                                     Img 20181013 100353 copier                      Img 20181013 101450 copier

 

C'est après quelques hectomètres supplémentaires que nous arrivons, au sortir du bois, à 1230 m d'altitude. Les contreforts du Pic d'Estibat s'offrent à nous sous ce soleil quasi estival. Les chaumes ont revêtu leur couleur d'automne et les colchiques inondent le sol en déferlantes violettes. Le Pic d'Estibat est à portée de jambes. A quelques pas de là, la cabane du même nom, bâtisse en dur, ouverte à tous vents.

 

Img 20181013 105218 copier Img 20181013 103408 copier Img 20181013 103331 copier

 

Nous décidons de prendre un peu de hauteur, histoire d'élargir le panorama pour le pique-nique, la difficulté étant de trouver un peu d'ombre. Ce sera finalement au pied d'un bosquet de conifères maigrichons ou en plein soleil d'automne, finalement pas si chaud que ça une fois qu'on est arrêtés, que seront engloutis sandwiches et autres victuailles roboratives.

 

Pano 20181013 111127 copier

 

La vue sur les cimes environnantes attise la convoitise de certains: "et si on montait au Pic d'Estibat en suivant les crêtes?". L'idée fait son chemin entre pâté, fruits et chocolats partagés. Ce sont finalement trois d'entre nous sans oublier Perles qui se rallient à la proposition de Jean-Pierre.

Marie-Do, Rico, Alexandre, Perle et Jean-Pierre quittent donc le groupe qui entame la redescente sous l' oeil bienveillant de Joël.

Nous attaquons en hors piste la montée vers la crête qui nous conduira jusqu'au Pic d'Estibat. La pente est raide, encombrée de végétation et en plein soleil. Le Sommet des Griets est atteint en 20 mn. De là, la chaine pyrénéenne s'étale d'Est en Ouest avec au premier plan, le Pic des Trois Seigneurs. Le long de la crête, trois Gasconnes ruminent en nous regardant passer comme le TER de 11h30. Trente mn plus tard, nous sommes au sommet du Pic d'Estibat.

 

Img 20181013 123924 copier 

 

Pano 20181013 122201 copier

 

Trois photos et nous attaquons la descente non sans avoir anticipé le cheminement du hors piste qui nous mènera à la cabane d'Estibat. Trente cinq minutes de sentiers rocailleux, de passages dans les fougères où Perle et Jean-Pierre disparaissent et de zones humides plus tard, la boucle est bouclée!

 

Img 20181013 131839 copier

 

Nous voilà d'attaque pour refaire, en sens inverse, le chemin déjà parcouru. Quarante minutes plus tard, après avoir franchi le fameux 1.7 km de goudron qui nous a paru durer une éternité, nous retrouvons Karine à la voiture.

Nous venons de parcourir 9.5 km pour 580 m de dénivelé positif et sommes, bien évidemment, en forme, chauds et pas fatigués!

Ont participé: Carole, Claudine, Esmé, Karine, Marie, Marie-Do, Marieke, Maryse, Momo, Nadia, Odette, Renée, Valérie, Alexandre, Jean-Pierre, Joël, Rico et Perle.

 

Carte et stats

 

Jean-Pierre    

 

 

Lac de Montbel

Le Compte-rendu de Rico

Départ 8 heures. RDV sur la place du Vernet, nous sommes seize (motivés pour cette reprise !!! ).

En route pour Chalabre ou nous laissons les voitures devant l'ancienne gare.Nous commençons tranquillement par un morceau de voie verte puis empruntons le GR 7 jusque Montbel.
 
Img 3100 copier
 
Ce faisant nous traversons quelques jolis hameaux et de magnifiques sous bois. A midi la pause s'impose, au bord du lac. Certains avaient prévu de s'y baigner mais il n'y a que Perle (le chien) qui s'y trempa...
 
                 Img 20180923 114436 copier          Pano 20180923 120700 copier                        Img 20180923 120405 copier
 
Repus,nous terminons la boucle en ayant au total parcourus près de 17 kms,  gravis avec brio les quelques 300 m de dénivelé et tout ça bien entendu accompagné de deux ou trois " faux-plats " (même pas mal !!! ).
 
Bienvenue à Odette et Renée qui ont pu se retrouver lors de cette rando...
Super journée!
 
                                                                                            Img 20180923 133500 copier
 
 
Merci à tous
 
Rico           
 
Le Compte-rendu de Claudine
 
En ce dimanche 23 septembre, jour officiel de l automne, mais on se serait plutôt cru en été, le Rando Club Vernetois a effectué sa sortie de rentrée.
 
Départ à 8 h 00 en direction de chalabre 
 
Notre groupe est renforcée par deux dames venues de communes voisines à qui nous souhaitons la bienvenue.
 
Nous garons les voitures à chalabre et partons sur la voie verte en direction du lac de montbel .
 
Nous traversons la commune de Ste colombe sur l'Hers, nous commençons à apercevoir le lac, nous traversons Les Baylards et arrivons au bord du lac.
 
Img 3104 copier             Img 20180923 105816 copier           Img 20180923 114919 copier
 
Il est midi ! Nous trouvons un bel endroit ombragé au bord du lac afin de reprendre des forces autour du pique-nique 
Un petit arrêt de 45 mn pour ne pas trop couper notre élan et nous repartons par un passage sur la digue. De paysages magnifiques s'offrent à nous et, un faux plat montant plus loin, une belle vue sur le lac et les Pyrénées.
                                     Pano 20180923 120700 copier 1                                    Img 3107 copier
 
Puis nous descendons vers Chalabre à travers des passages boisés et ombragés.
Retour au parking à 14 h 45.
 
                                                            Retour au Vernet et petit arrêt au petit Vernet chez Luc.
 
                                                                                     Images
 
                                                Très belle journée de balade et toujours très bonne ambiance du groupe.

 

Claudine       
           
 

Dsc01059 copier

Le refuge des Bésines

Compte rendu rando du 15/07/2018 Refuge des bésines

Rédigé par Babeth

 

Qu'elle belle journée, loin de l'effervescence du mondial, mais dans le bain tout de même car nous en avons parlé, entre autre, avec :

  • des pêcheurs qui redescendaient à 10h00 nous enjoignant d'être de retour pour 17h00
  • des Allemands qui ont "croisés les doigts pour nous" en Anglais..oui, parce que nous, l’allemand...
  • et nous même qui de toute façon avions prévu d'être devant nos écrans à 17hr! oui, sauf moi qui n'ai pas de TV !!! (mdr).

Donc, départ 6hr30 du vernet ; nous montons dans la fraicheur matinale à travers une forêt de Pins........La marche est tranquille et agréable.

 

                 Dsc01044 copier                                              Dsc01045 copier

 

Passons plusieurs cascades avec des orchidées poussant sur les parois verticales. En sortant du bois nous nous retrouvons au milieu d'un tapis de rhododendrons ; la montagne en est tapissée ! dommage que nous arrivions après la floraison qui colore les pentes de rouge !

 

               Dsc01069 copier                                                         Dsc01074 copier

 

Avant midi nous sommes au lac ; une famille de courageux se permet un petit bain dans l'eau fraiche ....bien tentant après cette montée !

En haut la vue est grandiose, il y a des ruisseaux qui coulent à travers toute la prairie ; c'est beau, c'est frais, c'est vert !

 

              Dsc01062 copier                                               Dsc01067 copier 1

 

Un bon moment, une redescente tranquille dans les sous bois malgré la canicule ambiante et arrivée à 16h00 à la maison pour voir la finale du mondial et apprécier la victoire de la France (lol).

 

             Dsc01060 copier                                                Dsc01050 copier

 

Babeth                                                     

le chemin de la Mine (Vicdessos)

Le parcours commence... Sur la route de Goulier! Puis large sentier à droite qui monte dans les bois. Heureusement d'ailleurs, car la montée peut se faire au frais! On croise à nouveau la route de Goulier qui cède la place après quelques hectomètres à la route de Sem.

Img 20180701 091717 copier                                                   Img 20180701 095241 copier

 

Parfois, au gré d'une trouée, on aperçoit le massif de Bassiès (Pique Rouge et Pic de Caumale) qui culmine aux alentours de 2600 m. Puis l'on arrive au col de Sem. Sur la gauche de la route un sentier monte au Dolmen de Sem ou " Palet de Samson".

 

                             Img 20180701 103028 copier                                      Img 20180701 102835 copier

 

Le "Palet de Samson" est un bloc de granite qui s'est trouvé déposé ici à l'époque du Pléniglaciaire, il y a environ 90000 ans. Ce bloc a été arraché à la haute chaîne  (certains disent qu'il provient de Bassiès...) par le glacier du Vicdessos et ensuite abandonné sur le parcours. Plusieurs blocs de ce type sont ainsi disséminés tout le long de la vallée à une altitude à peu près équivalente (entre 900 et 1000 m). En ces temps reculés, la glace atteignait une épaisseur de 5 à 600 m (depuis le fond de vallée). Ne dépassaient que les sommets.

Img 20180701 102122 copier

La légende raconte que Samson, personnage biblique doté d'une force surnaturelle, aurait joué à jeter des cailloux avec ses potes... Et y'en a un qui est tombé là!... En tout cas, de cet endroit, la vue est magnifique!

Puis l'on emprunte de nouveau la route pour atteindre Sem. A l'entrée du village sur la droite, une grille attire immanquablement le promeneur.

Il s'agit de l'entrée d'une galerie de mine. C'est la galerie de Becquey. Celle-ci fait partie des 4 galeries principales qui constituent la mine du Rancié. De cette mine était extrait du minerai de fer. L'exploitation a débuté au XVième (1414, première réglementation de l'extraction du minerai) pour s'achever au XXième (décembre 1929).

 

                                 Img 20180701 104436 copier                                      Img 20180701 104452 copier

 

On peut apercevoir à proximité de la grille les restes d'un wagonnet ainsi que des rails. La mine de Rancié était une des plus importantes des Pyrénées. 7800 tonnes de minerai étaient extraites  par an et alimentaient une cinquantaine de forges, ici, et dans le Couserans.

Le village de Sem était donc essentiellement peuplé de personnes travaillant à la mine (jusqu'à 400 mineurs!) ou pour la mine (muletiers, boiseurs, charretiers, artificiers...). On ne pouvait d'ailleurs y travailler, que si l'on était fils de mineur ou si l'on entrait par mariage dans une famille de mineur.

Puis l'on descend à travers les ruelles pittoresques du village.

 

Img 20180701 105025 copier

 

Et, au détour de l'église, on retrouve enfin le sous-bois frais.

Le chemin descend jusqu'au "carreau" de la galerie de la République, dernière galerie creusée au Rancié (XIXième). Le carreau est un replat constitué des "stériles" extraits de la galerie. Il constituait un espace de vie important sur lequel s'effectuaient les échanges, étaient construits les bâtiments de stockage de minerai et de matériel. Y était également affiché, le cours du minerai.

 

                                        Img 20180701 110222 copier                             Img 20180701 110129 copier

 

Non loin de là, la galerie de la "poudrière" où était stocké le dépôt d'explosifs servant au creusement de la mine pour la période "industrielle" (fin XIXième, début XXième).

Le chemin continu de descendre le long du ruisseau de Sem. Celui-ci se décline alors en cascades (qui peuvent se descendre en rappel!) dès que la pente s'accentue, alors que le chemin impose des lacets serrés sous des blocs qui semblent menaçants.

 

Img 20180701 113819 copier 1

 

Puis l'on traverse la route de Tarascon pour atteindre en face, le hameau d'Arconac sur la commune de Vicdessos. On ne peut manquer sur la gauche le château de Cabre.

 

Img 20180701 114608 copier

 

Le retour au véhicule s'effectue le long de la petite route... Sous le cagnard!

Bref, une balade bien sympa pour une bonne partie, au frais sous la canopée! Ont participé: Alexandre, Babeth, Corinne, Karine et Jean-Pierre.

 

Img 20180701 100855 copier 1

Jean-Pierre

Compte-rendu randonnée souterraine grotte de Sabart

Aujourd'hui, samedi 23 juin, au programme, rando souterraine, donc petite initiation à la spéléo, grosse passion de jean Pierre. Nous étions tous novices et volontaires pour cette découverte, certains étant plus inquiets quand aux futures difficultés...il n'en fut rien ! cela s'est révélé être un enchantement pour les yeux et un dépassement de nos appréhensions.

                            P6230468 copier                P6230440 copier

Quelle patience a la nature pour construire gouttes à gouttes, années après années ces sculptures monumentales que sont les stalactites et les stalagmites.

Babeth

 

La grotte de Sabart, grandiose succession de salles quasiment toutes accessibles en restant debout (bien pour une première !) avec quand même deux petits "boyassons". Un boyau c'est déjà petit, alors là ....Tout de même, très agréable balade souterraine, le tout accompagné d'une dose de bonne humeur et d'une grillade sous le porche naturel de la grotte.

                                                      P6230445 copier                P6230452 copier

En résumé, une sortie super sympa et très intéressante grâce aux explications de jean Pierre. Tout le monde est rentré ravi, même les plus récalcitrants donc, c'est une réussite !

Rico

Pour ma part, moi, Bastien, je garde un très bon souvenir de cette petite incursion sous la surface, très différente de mes expériences, tant au niveau du profil de la cavité que des explications sur la géologie, la faune souterraine....

 

      P6230435 copier                P6230422 copier 1

 

Une très bonne balade que je renouvellerai volontiers en d'autre lieux et que je conseille à tous.

Bastien